La Notion de Standard
Accueil 
Club 
Membres 
Standards 
Historique 
Expositions 
Epreuves 
Elevage 
Chiens 
Formulaires 
Actualité 
Photos 
Forum 
Revues 
Boutique 
Partenaires 
Liens 
Contact 

 

[Considérations sur la Race][Les Régions du corps][Les Types Morphologiques][Anatomie de l'Appareil Locomoteur][Allures et Locomotion][Nomenclature des Robes][La Notion de Standard][Conduite de l'élevage][Notions de Génétique][Le Comportement Social du Chien][Principes de Jugements]

 

CHAPITRE VII
NOTIONS DE STANDARD ET DE TYPE
RAYMOND TRIQUET

 

 

STANDARD ORIGINE DU MOT

On trouve à l'origine un verbe germanique, Standan (qui a donné en allemand moderne et en anglais stand) : «être debout», et l'adverbe hardo : «ferme » (allemand hart, anglais hard). On trouve la forme estandart vers 1080-1100 : l'étendard qui était planté haut et ferme. Le mot du vieux français estandart est passé en anglais avec le même sens (l'anglais moderne standard peut encore signifier « étendard »). Standard a pris, en Angleterre, le sens de « modèle », « norme », « étalon » au XVe siècle. D est revenu en France en 1857 dans ce sens d'étalon, de norme, puis a été adopté par les amateurs de chevaux et de chiens.

DEFINITION

Description méthodique de l'archétype.

N.B. Archétype signifie ici « modèle idéal ».

Idéal signifie « qui présente le caractère de la perfection », « qui correspond à l'idée que l'on se fait de la perfection ».

Cette définition implique que le chien « idéal » décrit par le standard n'est pas réel, qu'il n'existe pas et que, d'autre part « l'idée que l'on s'en fait » peut varier dans le temps ». Les éleveurs doivent s'efforcer de s'approcher le plus possible de cette perfection.

HISTORIQUE

D n'y a pas de standard au sens actuel avant la cynophilie, « sport » anglais.

Grecs et Romains n'ont pas de notion précise de la « race », donc pas de standard. On a des descriptions partielles de chiens vus ou imaginés par un auteur. Le chien est désigné par sa fonction (« chien aux pieds rapides ») ou par son origine géographique (« chien de Laconie », « chien de Molossie »). Cependant, Jacques AYMARD, dans les Chasses romaines, p. 266, nous dit que la description du Vertragus, lévrier gaulois, faite par ARRIEN est un véritable standard « établi selon des procédés presque modernes ».

Au Moyen-Age, les chiens sont décrits dans leur taille, leur port d'oreilles (« brachets aux oreilles pendantes » chez Brunetto LAT1NI, entre 1260 et 1266) et leur utilisation (Henri de FERRIERES, vers 1360).

Gaston PHEBUS (ou FEBUS, comme il écrivait lui-même son nom), Comte de Foix, fait au contraire une description beaucoup plus détaillée des chiens dans son Livre de chasse (1387-1388). Il traite de l'allant, du lévrier, du chien courant, du chien d'oysel, du mâtin. Il décrit la tête, le museau, les narines, les oreilles, les lèvres, les yeux, le cou, le corps, la poitrine, le dos, le rein, le ventre, les épaules, les jambes (membres), les pieds, les ongles, les cuisses, les jarrets, la queue, la taille, le poil, la couleur de la robe, le pénis, les testicules. B parle du caractère et de la façon de chasser. La description du lévrier par Gaston PHEBUS est célèbre et a inspiré nombre d'auteurs, notamment anglais («tête longue et assez grosse en forme de brochet, (...) cou ployé en guise (à la façon) de cygne, etc.).

DU FOUILLOUX donne dans la Vénerie, en 1573, une description technique en rapport avec l'utilisation. Il décrit déjà le «beau et bon» chien, expression qui sera reprise par les veneurs et les hippologues du XIXe siècle, « bon » signifiant « bon pour l'utilisation ».

Il donne par exemple les conditions de la vitesse (étudiées à fond par LESBRE, chez les chevaux, en 1908).

Les descriptions de chiens de chasse et de chiens à la chasse se succéderont pour arriver à des chefs-d'œuvre comme le Manuel de vénerie française de LE COUTEULX DE CANTELEU, en 1890, en passant par des descriptions détaillées qui annoncent nos standards comme chez LE VERRIER DE LA CONTERIE en 1778.

Les chiens de berger et de garde ont inspiré moins d'auteurs. L'un d'entre eux est pourtant célèbre : Charles ESTIENNE (L'Agriculture et Maison rustique, 1564) qui montre les dogues «qu'on laisse la nuit voltiger». Deux ans après paraît la Chasse du loup de Jean de CLAMORGAN avec ses mâtins qui sont « chiens de garde pour aboyer aux larrons ». Certains auteurs font grand cas de la couleur de la robe, toujours dans l'optique de l'utilisation. Par exemple, en 1600, Olivier DE SERRES pense que les chiens de garde de la maison doivent être noirs et ceux gardant le parc « plus clairs », les noirs « étant plus terribles que les blancs ». Depuis DU FOUILLOUX, on divise aussi les chiens courants selon la couleur de la robe, qui correspond à leur « naturel », blancs, fauves, gris, noirs.

Puis vint BUFFON et, pour la description de la morphologie des chiens, son collaborateur DAUBENTON (Louis, Jean, Marie d'AUBENTON, dit DAUBENTON, 1716-1800).

Il est commun de dire de nos jours que le « type » du chien est dans la tête. Voici ce qu'écrit DAUBENTON en 1786 :

La forme du museau est le trait le plus marqué de la physionomie des chiens de chaque race, et le caractère décisif pour les distinguer car la grandeur du corps, qui est le caractère le plus apparent, est aussi le plus inconstant...

C'est, avant la lettre, une leçon aux cynophiles.

DAUBENTON fait ensuite une étude comparative des différentes races connues à l'époque après avoir constaté que les chiens « se ressemblent tous à l'intérieur par les parties molles, et que les caractères distinctifs de chaque race consistent dans les os et dans la forme extérieure du corps» (qui est justement décrite dans les standards). Il étudie 16 races «principales » (du mâtin au dogue) et 5 races « métives » (dérivées de deux races principales »), du « petit barbet » (le barbet étant une race « principale ») au dogue de forte race.

D décrit la tête, le museau, le chanfrein, le front, les oreilles, les yeux (rarement), le cou, le corps, les jambes (membres), la queue, le poil, la couleur. La taille n'est indiquée que par comparaison avec celles d'autres races, sans mesures précises. Le poids n'est pas donné.

Au XIXe siècle, il est question de chien (incidemment) dans les œuvres célèbres de CUVTER ou de GEOFFROY SAINT-HILAIRE mais pas de standards. Ceux-ci n'apparaîtront que dans la deuxième partie du XIXe siècle avec 1' « invention » de la Cynophilie en Angleterre. Les expositions canines vont de pair avec la Révolution Industrielle, les cités qui s'étendent et les chiens dans la ville, l'engouement pour les chiens de race des ouvriers du nord de l'Angleterre (en particulier le Yorkshire) et le développement des moyens de communication. Les expositions et les concours ont toujours précédé la création des clubs et des « Kennel Clubs », lesquels impliquent l'apparition des standards, des « Stud-Books » et des pedigrees.

Rappelons quelques dates importantes :

1859 :  lre exposition à Newcastle, les 28 et29 juin, 2 races, Pointers et Setters, 60 inscriptions, 6 juges dont le célèbre J.H. WALSH (pseudonyme : STONEHENGE). 2e exposition à Birmingham en novembre, pour Pointers, Setters Anglais, Retrievers, Clumber Spaniels et Cockers. Les chiens autres que chiens de chasse seront exposés dès 1860 à Birmingham.

1863 : 1" exposition canine française organisée le 3 mai sous l'égide de la Société Impériale Zoologique d'Acclimatation. Cette exposition donne lieu à un recensement, à une «étude et une révision générale de l'espèce» sous le patronage des plus hautes sommités scientifiques, cynégétiques et artistiques sous la Présidence de M. de QUATREFAGE, de l'Institut, « et la direction de M. GEOFFROY SAINT-HILAIRE. 1000 chiens sont exposés (2000 à Londres du 25 mai au 30 mai). 200 chiens sont éliminés : ils ne sont pas « de race suffisamment caractérisée » (selon MEGNIN).

1865 : 2e exposition organisée au Cours-la-Reine par la même Société Impériale.

: Fondation du Kennel Club (Britannique) : « thé Kennel Club ».

:   1er Stud Book (mot emprunté à l'hippologie) du Kennel Club. Le 1er chien inscrit est un Bloodhound dont le producteur était le Prince Napoléon.

1875        : Fondation du Club du Bulldog (que nous appelons « anglais » mais qui, en Angleterre, est « britannique » - British Bulldog).

1876        : 1er standard officiel : celui du Bulldog qui servira de modèle pour toutes les races britanniques.

1882        : Fondation de la Société Centrale pour l'Amélioration des races de chiens en France, 1 rue Royale, future Société Centrale Canine pour l'Amélioration des races de chiens en France, reconnue d'Utilité Publique en 1914. Dès le 8 juin 1880 avait été créée la Société d'Encouragement pour l'amélioration des races de chiens en France, issue du Cercle de la Chasse (selon John MILLER).

:   1er Livre des Origines de la Société Royale St Hubert (Belgique) fondée en 1882.

: Fondation de F American Kennel Club (A.K.C.).

: 11 mars : création du Livre des Origines français. Le premier chien inscrit est un griffon français, MARCO, produit par BOULET. Les inscriptions se feront toutes races confondues jusqu'au 1er mai 1934.

1890 : 1er avril : fondation de la Société Néerlandaise d'Amateurs et d'Eleveurs de Chiens de Race.

1911: 22 mai : Fondation de la Fédération Cynologique Internationale à Bruxelles, rue de la Loi, 89, chez Albert HOUTART, Secrétaire-Trésorier. Reconstitution après la guerre, le 10 avril 1921 à l'initiative de la Belgique (Société Royale Saint-Hubert) et de la France (Société Centrale Canine).

Le décor est planté. Les standards vont se multiplier.

Nous ne pouvons qu'évoquer, dans le cadre de cet article, l'extraordinaire profusion d'ouvrages sur les chiens qui ont annoncé ou accompagné les premiers temps de la cynophilie, en dehors des livres sur la chasse, qui sont légion.

En Angleterre, la moisson est surabondante, entre les «généralistes» (BLAINE, 1840, Hamilton SMITH, 1839-1840, STONEHENGE (J.H. WALSH), 1859 et 1867, IDSTONE (PEARCE), 1872, Vero SHAW, dont thé Illustrated Book of thé Dog est un véritable livre complet de standards, 1879-1881, LEE, 1894, etc.), et les spécialistes dont, comme précurseurs,

en plus des nombreux amateurs de terriers tueurs de rats en compétition, nous retiendrons deux noms célèbres : ARKWRIGHT, thé Pointer and his Predecessors, 1902, une édition somptueuse, et LAVERACK, thé Setter, 1872, qui fut un pionnier pour la description des setters et la publication de ses pedigrees. Chaque partie du corps est décrite à peu près dans l'ordre actuel mais l'auteur y ajoute ses commentaires.

La situation en France, à la même époque, est complètement différente. Nous avons les grands traités de zootechnie qui n'entrent pas dans le cadre de cet article (et qui ne sont pas connus en Grande-Bretagne où le mot même de « zootechnie » n'est pas employé). Quelques utilisateurs comme DEQUIN (le Laverack Setter, 1887) ont pu décrire leur chien mais les œuvres importantes ont été faites par des vétérinaires ou des universitaires. Citons GAYOT qui présente toutes les races connues de son temps (le Chien, 1867) dans un style très personnel de zootechnicien et de narrateur.

n dit lui-même qu'il «anatomise » et qu'il «philosophe ». En 1894 paraît Races canines, classification et pointage de Paul DECHAMBRE, alors Répétiteur de Zootechnie à l'Ecole Vétérinaire d'Alfort. Deux ans plus tard, le vétérinaire Pierre MEGNIN (en vérité, Jean-Pierre) publie un livre passionné : Le Dogue de Bordeaux, qui se termine par le premier projet de standard pour cette race. MEGNIN avait publié une nomenclature géniale dans le journal l'Eleveur dont il était le Rédacteur en chef : les Races de chiens, 1889-1891, devenu en 1897-1900: Le chien et ses races. C'est dans cet ouvrage qu'apparaissent les mots «lupoïde», « braccoïdes », « molossoïdes », « graioïdes » qui caractériseront, dans nombre de standards français, italiens, espagnols les grands types morphologiques. La 5e édition, en 1932, sera «revue et augmentée» par Paul MEGNIN (fils de Pierre, mort en 1905) et les vétérinaires HEROUT et LUQUET. Le Dogue de Bordeaux aura la chance de faire l'objet de l'étude du Professeur KUNSTLER, conservateur du Muséum d'Histoire Naturelle de Bordeaux : Etude critique sur le Dogue de Bordeaux aux expositions françaises de 1910. On a là une description fouillée qui est presque définitive. Un seul reproche à MEGNIN et à KUNSTLER : ils sont constamment polémistes. Mais c'était dans l'air du temps.

Pierre MEGNIN publiera dans les colonnes de l'Eleveur de très nombreuses descriptions et commentaires sur les premiers standards de chiens de toutes races. De nombreux clubs se forment à la fin du XIXe siècle et au début du XXe et ils établissent leur standard, par exemple celui de l’Epagneul Breton le 3 septembre 1907 puis le 7 juin 1908. Ce sont là des œuvres collectives faites sous la direction d'amateurs et utilisateurs éclairés dont quelques noms sont parvenus jusqu'à nous (P. de KERMADEC pour l’Epagneul Breton, J. de CONINCK pour l'Epagneul Français, SAURET, BOULET et toute une commission où figurent Paul DECHAMBRE, Professeur de Zootechnie à Alfort et MENAUT, Inspecteur Général au Ministère de l'Agriculture pour formuler les premiers standards du Berger de Beauce et du berger de Brie en janvier 1896 et fonder le Club Français du Chien de Berger Plus tard interviendront, après Pierre MEGNIN, les Paul MEGNIN, HEROUT, BOMMIER, LUQUET.

La place nous manque pour faire la même étude hors de nos frontières. Mentionnons tout de même que l'Allemagne a eu REICHENBACH dès 1836 et STREBEL en 1904-1905 dont les standards sont souvent ceux de de BYLANDT. La Belgique a son grand homme, le Professeur de zootechnie REUL et les Races de chiens, 1891-1894. Mais c'est la Hollande qui a montré la voie. Le « Grand Livre » est l'illustre ouvrage du 1er président de la Société Canine nationale, le Comte Henri de BYLANDT. La 1™ édition de 1894 est en hollandais. La 2e édition, de 1897 est en français : les Races de chiens (316 races décrites, 1392 gravures).

Tous ces standards subiront des transformations au fil du temps et présentent des particularités selon les pays d'origine. C'est ce que nous allons étudier.

LES TYPES DE STANDARDS

On peut considérer deux grandes divisions: les standards anglais... et les autres ou les standards hors de la F.C.I. et ceux de la F.C.I. (l'Australie exceptée, proche des standards anglais).

On notera tout d'abord que les standards anglais sont courts. Ils sont plus vagues, beaucoup moins détaillés que ceux de la F.C.L

A part l'abandon du préambule sur la technique du jugement, tous les standards anglais ressemblent au standard du Bulldog qui fut le premier, comme nous l'avons vu. On considère l'aspect général puis on examine les régions. On termine comme dans les standards actuels de la F.C.I. par le poil, la couleur de la robe, la taille et le poids. Pourtant il arrive que l'on oublie de mentionner la taille ou le poids après les avoir annoncés. La langue n'est pas scientifique (les Anglais ont, en général, horreur des mots savants). Il existe des « clés » à connaître. Par exemple les « antérieurs » sont considérés du coude au sol ou du coude au carpe (en fait, l'avant-bras). Les jarrets sont parfois les jarrets mais aussi les métatarses. Les anciens standards britanniques étaient bourrés de jargon et de comparaisons avec toutes sortes d'animaux (taureau, poney, chat, gardon, chameau, brebis, vache, serpent, cygne, rat).

Ajoutons que le problème des tailles n'est pas uniquement britannique puisque l'Irlande vient enfin, en 1999, de proposer des tailles pour le Setter Irlandais, tailles qui pourraient varier en 2001 et en 2003.

Tous les standards du Kennel Club (Britannique) ont été révisés en 1986 et adoptés en bloc par la F.C.I. le 24 juin 1987 (sauf ceux du Foxhound et du Harrier qui ont disparu de la liste du K.C. puisqu'ils sont uniquement «chiens de chasse » et non d'expositions). Deux paragraphes ont été ajoutés: «caractère» et «allures». Un paragraphe stéréotypé décrit l'articulé en ciseaux : « les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit ». On ne parle pas des autres dents. H n'y a pas de liste des défauts mais deux lignes communes à tous les standards (qui seront plus tard adoptées par la F.C.I. sous l'influence de l'Italie - PERRICONE - mais comme introduction à la liste des défauts graves et éliminatoires) : « Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité ». La « gravité », dans le standard britannique est donc appréciée par le juge. A partir de 1987, il y a moins de jargon, mais il en reste, de celui qui n'est compris que par les amateurs d'une seule race (ex. Dandie Dinmont). Verbes et articles ont été supprimés ce qui donne un style télégraphique qui ne rend pas les choses plus claires. H y a toujours des confusions dans les régions (dos et dessus, cuisses du Setter Anglais qui sont longues « de la hanche au jarret », etc.) et des expressions curieuses. Par exemple les coudes de l'Airedale sont «perpendiculaires au corps ». Enfin, tous les standards anglais (britanniques) rappellent que « les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum ». Cette phrase a été reprise pour tous les standards de la F.C.L Cependant, le bulletin du Kennel Club (Kennel Gazette) de janvier 1988 donne cette information (toujours valable) : « Aucun règlement du Kennel Club n'interdit l'exposition d'un chien monorchide ou cryptorchide. Si un tel chien obtenait les titres appropriés, il serait reconnu en tant que champion par le Kennel Club ». Deux très bons points pour les standards britanniques à partir de 1986 : en plus de la chasse au jargon et aux redondances, on évite toute expression pouvant conduire à la fabrication d'infirmes comme « les membres postérieurs parfaitement droits » chez le Chow-Chow. Certaines de ces dispositions (par exemple celles allongeant un tant soit peu le nez du Bulldog) sont restées lettre-morte, les juges continuant à juger selon l'ancien standard.

Enfin, bien que la dichotomie « chien d'exposition * chien de travail » soit toujours de rigueur en Grande-Bretagne, on affirme, dans certains standards (terriers, chiens de chasse, chiens de berger) la vocation de certains chiens au travail, ce~qui va dans le bon sens.

Le standard italien est l'antithèse du standard à l'anglaise (anglais, américain, irlandais). Il est long, parfois très long, fouillé, méticuleux, plein de termes scientifiques, parfois employés dans un sens différent de celui que nous leur donnons (endognathe, par exemple). Il s'agit de la terminologie de Giuseppe SOLARO, professeur italien (1879-1968), ancien président de l'ENCI (Kennel Club Italien), créateur de la « théorie solarienne » (teoria solariand) sur la direction des axes cranio-faciaux (parallélisme, convergence, divergence).

SOLARO part de la terminologie de Pierre MEGNIN (le bichon maltais est un « braccoïde type aberrant nain») et utilise toutes les créations lexicales de BARON, professeur de zootechnie à Alfort de 1878 à 1908, De même chien est un « anacolimorphe harmonique vis à vis des profils (alloïdisme), dysharmonique vis à vis de l'anamorphose »). Il sera l'inspirateur du fameux standard de Monaco de la F.C.I. (Congrès Cynologique mondial des 21, 22 et 23 mars 1934) avec la participation d'un Belge, HUGUE, et d'un Français, HEROUT. Les standards italiens ont été révisés depuis quelques années ou vont l'être. Les experts essaient d'échapper au pédantisme de la terminologie et font de gros efforts mais l'habitude est souvent bien ancrée et certains restent des romans-fleuves. On donne encore trop souvent des proportions inexploitables, des quantités de rapports et d'angles. Le standard du Mâtin Napolitain expurgé est passé de 11 pages à 7. Celui du Bichon Maltais est devenu lisible. Celui, récent, du chien d'eau Romagnol (Lagotto Romagnolo) donne des proportions d'une extrême précision...(36% de la hauteur au garrot pour l'avant-bras, par exemple).

Les standards espagnols ressemblent aux italiens, en plus simples. Les standards allemands ne sont pas exempts de jargon, parfois hermétique. Leurs auteurs sont intraitables sur les agénésies dentaires et font le jeu du Conseil de l'Europe en prétendant interdire partout dans les races allemandes l'otectomie et la caudectomie (qui sont interdites en Allemagne).

Les standards soviétiques étaient clairs, exempts de jargon, suffisamment précis, très francs à propos du comportement (les chiens pouvaient avoir «de vives réactions de défense», contrairement aux chiens occidentaux qui sont presque tous dits « gentils avec les enfants ». On donnait des indices et, pouf la première fois, on parlait du « type de constitution » qui pouvait être grossier. C'étaient des standards de techniciens sauf pour la liste des défauts longue et fastidieuse.

Les standards sont devenus russes. Ils ont perdu leurs indices, « gagné » quelques formules de jargon et quelques passages confus, et conservé la longue liste de défauts.

Les standards hongrois sont longs, parfois pesants et font remonter l'origine de leurs chiens à la préhistoire ou évoquent des mutations.

Les standards japonais ressemblent aux américains, le jargon en moins et le modèle dit de Jérusalem en plus.

Les standards français d'avant 1987 peuvent se ranger en deux catégories : les standards des chiens de chasse, courts ou très courts, parfois succincts, rédigés avec l'utilisation en vue. Le paragraphe « couleur » est en général bien développé.

Certains standards comprennent du jargon de vénerie ou de chasse.

On trouve des expressions que l'on ne retrouve nulle part ailleurs : « indiquant la grande race », « bâti en ouvrier » (cela s'oppose à « distingué » !), « accuse la grande espèce », « éminemment français », « les deux espèces dont il est issu », etc. Chez les chiens de chasse à tir, on trouvait un « modèle » de ce que l'on ne doit pas faire, c'est-à-dire de la (mauvaise) littérature : « son extérieur traduit la noblesse sans compromettre le sculpté d'une musculature qui révèle énergie et résistance (...) le sillon frontal s'épanouit » (...) le bras formé par l'humérus...

Nous dirons que le standard n'a pas à faire une leçon d'anatomie : on suppose connu le fait que l'humérus soit l'os du bras et, d'autre part, le bras n'est pas seulement formé par l'humérus. D'autres standards français sont plus inspirés par le modèle de Monaco. Ils utilisent (avec parcimonie) la terminologie de SOLARO-BARON (médioligne, longiligne, bréviligne), donnent des proportions importantes (tête, chanfrein-crâne, etc.), le périmètre thoracique, la longueur du corps par rapport à la hauteur au garrot, quelques angles, etc. Une vingtaine de standards français ont été refaits, ces dernières années, selon le « modèle de Jérusalem », le premier en date étant celui du Bouledogue Français. Il reste du travail à faire. Nous avons encore des chiens « dont la cuisse est bien frangée jusqu'au jarret » et qui ont des «jambes de devant » et des «jambes de derrière ».

L'HIPPOLOGIE

Ces dernières expressions viennent de l'hippologie, qui a précédé de beaucoup la cynologie. C'est ainsi que s'exprimait déjà SOLLEYSEL dans le Parfait Maréchal en 1664 et BUFFON en 1786. Elles ont été dénoncées avec vigueur par HEROUT (puis par LUQUET) et ne doivent plus être employées. Le vocabulaire de l'hippologie est passé à la cynologie avec plus ou moins de bonheur et c'est ainsi que le chien a hérité d'un «genou» (carpe), d'un «paturon» (lre phalange chez le cheval), de « soles », etc.

Toute la terminologie dé l'extérieur du chien a été reprise sur les descriptions de l'extérieur du cheval (chanfrein, dessus, dessous, aplombs, etc.) avec les défauts (épaule droite, jarrets clos, bouleté, campé, sous lui, etc. etc.). L'avant-main est l'avant de la main du cavalier et l'arrière-main est l'arrière de la main du cavalier. D'où le genre masculin (un avant et un arrière). Le chien n'étant guère monté, ces expressions devraient être abandonnées.

PROBLEMES DE TRADUCTION

Tous les standards de la F.C.I. sont traduits dans les quatre langues officielles : allemand, anglais, espagnol, français. Chacun sait que traduire, c'est trahir. C'est pourquoi le standard dans la langue d'origine fait foi. Certaines erreurs sont difficiles à corriger quand les cynophiles ont pris l'habitude d'utiliser un ternie erroné. Par exemple, il a fallu convaincre les amateurs de collies que leur chien n'était pas sable mais zibeline, c'est à dire fauve charbonné. Un point important : la France est le seul pays où la profondeur de poitrine peut signifier la longueur. Ailleurs, la profondeur est verticale et les Français disent alors que la poitrine est haute ou (et ce n'est pas la même chose) qu'elle est bien descendue. La Commission zootechnique de la S.C.C. a demandé, avec juste raison, que l'on ne parle plus de poitrine profonde dont on ne sait jamais si elle est vue verticalement (haute) ou horizontalement (longue). Autre difficulté de traduction : le poil « ras » qui n'a pas de correspondant dans toutes les langues. Le poil «ras » est donné comme « lisse et court » ou simplement « court ». Il y a donc des poils courts plus courts que d'autres.

Certaines traductions ont été catastrophiques («dents nivelées» pour «bout à bout», « pointes » pour « extrémités », « cou » pour « intérieur de la gueule », « ton de brique » pour « bringé », « rhinoscope » pour « truffe », la « lèpre » pour le « ladre », « l'accouplement est plus court chez le mâle » pour « le rein est plus court »). Les traductions se sont grandement améliorées depuis 1987.

Le traducteur doit connaître les langues et les chiens. La FCI adopte les standards non seulement de ses membres mais des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne et chaque expression est traduite avec le plus grand soin. Dans ces deux pays, nos standards sont adaptés et non adoptés.

LES EXCES DES STANDARDS

On a fait, depuis 1987, la chasse aux formules qui, par leur caractère excessif, pouvaient comporter un danger pour le chien et conduire même à en faire un monstre (HEROUT et LUQUET ont parlé en leur temps de « tératologie »). C'est là une vieille tendance puisqu'elle a commencé dès LAVERACK et son Setter de 1872: «plus l'épaule est oblique, mieux cela vaut » (contesté par LESBRE en 1908), « plus le dos est court, plus le chien a de puissance » (le « dos », pour LAVERACK - et on retrouve cette façon de voir dans de nombreux standards anglais et allemands - est la région dorso-lombaire). La fameuse formule du standard du Bulldog : «le museau est aussi court que possible » a conduit, par la puissance du verbe, à l'absence de museau ou peu s'en faut. Chez le Dogue de Bordeaux d'avant 1971, la mâchoire inférieure devait « faire une saillie de 1 cm au moins » et les yeux étaient « les plus écartés possible ». Ces exagérations sont à bannir et c'est l'avis du Conseil de l'Europe. Ce n'est pas nouveau puisque le numéro de mai 1981 du Kennel Gazette publiait « un rapport préliminaire » d'un groupe de travail sur les standards qui demandait de rectifier les excès les plus graves, le nez ultra court du Bulldog, mais aussi l'œil du Chow-Chow, de nombreux terriers, du Carlin,'du Pékinois, du Terre-Neuve, du Saint-Bernard, les oreilles tombantes où l'air ne pénètre pas, la fontanelle du Chihuahua, les crânes volumineux des Molossoïdes, les « angulations droites » du Chow-Chow et du Bulldog, les antérieurs du Basset-Hound. C'est une remise en question d'un grand pan de la cynophilie. D ne faut plus de chiens trop grands, trop petits, trop longs, trop épais, trop courts, plus de fanon, plus de peau ample, plus de conjonctive visible, plus d'autre articulé qu'en ciseaux, plus de rides abondantes, plus de chiens nus.

Depuis quelques années, la FCI (et le KC) ont essayé de convaincre les cynophiles qu'un standard n'est pas une source d'anomalies. Nous avons refait le standard du Shar-Pei pour que disparaissent les rides profondes du corps et des membres. Cependant, on ne peut pas supprimer les traits caractéristiques qui font qu'une race ne ressemble pas à une autre. Si l'on (le Conseil de l'Europe et d'autres) veut aller à fond dans cette direction, disons tout net qu'il ne reste qu'à supprimer tous les brévilignes, brachycéphales, longilignes, dolichocéphales, les concavilignes, les convexilignes, les chiens hypermétriques et ellipométriques. Il ne resterait pour consoler l'homme que les rectilignes, médiolignes, eumétriques. Le mieux serait alors de retourner à l'origine, c'est-à-dire au loup. Mais ce ne serait pas encore une bonne solution puisque le loup en captivité, d'après les scientifiques, à tendance à raccourcir son museau.

LE FORMAT

Le format, est la conjugaison du poids et de la taille. DECHAMBRE dit : « le poids et la taille ». Ce terme est souvent confondu avec la taille seule, dans le standard, quand ce n'est pas avec la forme. Dans certains standards « format » est pris dans le sens qu'il a en imprimerie : « dimension de la feuille de papier » donc, ici, longueur et hauteur. C'est le sens qu'a le mot « format » dans le standard de l'Azawakh ou dans celui du Coton de Tuléar de 1987. Poids : Les chiens ne sont pas (ou rarement) pesés en exposition. Ils le sont dans certaines

« Nationales d'Elevage ». Taille : En France, la tolérance de 1 cm en plus ou en moins est automatique pour répondre aux difficultés du «toisage de précision ». Dans d'autres pays, la tolérance automatique est fonction de la taille prévue par le standard.

L'attitude des responsables peut être rigide (« un cm en plus, un point c'est tout ») ou plus laxiste si les proportions sont bonnes, et dans les races à petits effectifs. Pour DECHAMBRE, « les variations de format doivent entrer dans les coordonnées ethniques mais ne peuvent y occuper qu'une place de second ordre ».

MENSURATIONS

La technique des mensurations est du ressort des zootechniciens. Parlons de celles qui apparaissent dans les standards.

Dans le paragraphe « proportions », on donne le rapport entre la hauteur au garrot (verticale du garrot au sol) et la longueur scapulo-ischiale (de la pointe de l'épaule à la pointe de la fesse). On peut indiquer que le chien est inscriptible dans un carré ou dans un rectangle. On prévoit également le rapport hauteur de la poitrine (verticale du garrot au sternum) sur hauteur au garrot (taille). Enfin, on peut donner le rapport chanfrein (ou plutôt de la face puisque la truffe est comprise - du milieu du stop à l'extrémité de la truffe) sur la longueur totale de la tête (de la truffe à la crête occipitale) ou sur la longueur du crâne (du stop à la crête occipitale). Certains zootechniciens pensent qu'il vaut mieux dire que la longueur de la face est inférieure ou légèrement inférieure ou supérieure, etc. à celle du crâne, plutôt que de donner des rapports trop contraignants. Certains standards qui se veulent scientifiques donnent le périmètre céphalique au niveau de la plus grande largeur de la tête et le périmètre thoracique (à 1 cm en arrière de la pointe du coude). On peut les comparer à la hauteur au garrot. Certains standards («type italien ») donnent le périmètre du museau, à mi-distance de l'extrémité du museau et du stop. Certains standards établissent le rapport entre la largeur de la tête (entre les arcades zygomatiques) (SOLARO parle de largeur « bizygomatique ») et la longueur de la tête ou celle du crâne. Selon QUEINNEC, la largeur du crâne se prend «entre les attaches externes des oreilles ». DECHAMBRE mesure la largeur du crâne « à la portion la plus convexe des pariétaux ». Pour les standards, on mesure rarement la largeur de la poitrine, du garrot, du rein, de la croupe et les indices ont disparu avec l'Union Soviétique.

Le standard donnant le plus de mensurations est sans conteste celui du Coton de Tuléar du 13 mars 1987. On mesure tout en centimètres : crâne, museau (longueur, hauteur, largeur), oreilles (largeur, longueur), encolure, queue (18 cm!), «épaule», bras, avant-bras, carpe, métacarpe et même les pieds. C'est ce qu'on appelle un standard-carcan. On n'en sort pas. Heureusement un standard moins figé a été approuvé par la Commission des Standards de la FCI en juin 1999.

MACHOIRES

La terminologie concernant les positions relatives des mâchoires reste traditionnelle à part l'adoption en français du terme «articulé» emprunté à l'odontologie humaine : articulé en ciseaux, « denture juste » (jargon) = incisives bord à bord ou bout à bout = articulé en pince, en tenaille, prognathisme inférieur (même si l'expression est scientifiquement fausse - voir COSTIOU), prognathisme supérieur. La Commission Scientifique de la FCI a demandé l'abandon de l'expression : « incisives en ciseaux inversés » qui ferait croire que cet articulé est régulier alors qu'il s'agit déjà d'un prognathisme «inférieur» sans perte de contact des incisives supérieures et inférieures. On peut proposer l'expression « articulé inversé sans perte de contact». Les Italiens proposent les expressions (SOLARO) «prognathisme» et son contraire « opisthognathisme », encore faut-il savoir quelle mâchoire est vraiment en avant ou en arrière et se souvenir que le juge ne voit que ce qui paraît.

LES ECHELLES DE POINTS

Ces échelles ont disparu de la plupart des standards mais existent encore dans les standards américains. D'ailleurs les juges qui peuvent «juger» 150 chiens dans une exposition, n'en tiennent aucun compte. Elles étaient de règle au XIXe siècle et figurent déjà dans les « pré-standards» (STONEHENGE, 1859, SHAW, 1881). Elles étaient succinctes (à l'anglaise) et seront reproduites par DE BYLANDT. Elles ont été complétées et systématisées par Pierre MEGNIN, REUL et « révisées » par P. DECHAMBRE. Selon celui-ci, c'est BARON qui, le premier, a « tracé » les « tableaux de pointage » pour les animaux domestiques. Voici à titre d'exemple « l'échelle des points du Fox-Terrier » établie par DECHAMBRE en 1894. Certaines échelles comportaient des points négatifs.

ECHELLE DES POINTS DU FOX-TERRIER

 

BEAUTES (considérants)

COEFFICIENT

NOTEMAXIMA DES AUTEURS

Tête et oreilles

3/4

15

Cou

1/4

5

Epaule et poitrine

3/4

15

Dos et reins

1/2

10

Arrière-train

1/4

5

Queue

1/4

5

Jambes et pieds

1

20

Robe

1/2

10

Ensemble, taille, caractère

3/4

15

TOTAL

5

100

Voici maintenant la notation fictive d'un Fox-Terrier avec des notes quelconques

Tête et oreilles

16X3/4

= 12

Cou

15 X 1/4

=   3,75

Epaule et poitrine

18X3/4

= 13,5

Dos et reins

16 X 1/2

= 8

Arrière-train

17 X 1/4 1

=   4,25

Queue

5 X 1/4

=   3,75

Jambes et pieds

16X1

= 16

Robe

18 X 1/2

=   9

Ensemble

17 X 3/4

= 12,75

Total

 

83,00

 

Le chien ainsi coté vaut les 83 % de la perfection zootechnique. (d'après P. DECHAMBRE)

LES DEFAUTS

Après la liste stéréotypée anglaise adoptée, nous l'avons vu, par la FCI, suivent les défauts graves et les défauts éliminatoires. Il faut bien comprendre qu'il s'agit de défauts qui apparaissent vraiment dans la race et non d'une liste fastidieuse dressée en prenant le contraire de ce qui est donné comme typique dans le standard. Si le museau est court, il est inutile de noter dans les défauts «museau long». Actuellement, les clubs français qui rédigent un nouveau standard mettent dans les défauts éliminatoires les points de non confirmation, ce qui montre bien qu’ « éliminatoire » est pris dans le sens « qui élimine de l'élevage en même temps que du ring d'exposition ». H n'en est pas de même en Italie où l'on distingue les défauts qui éliminent le chien du ring (« eliminatori dal ring »), par exemple une taille excessive au delà des limites tolérées, et les défauts qui éliminent de l'élevage (« difetti di squalifica »), par exemple la cryptorchidie. Sur la proposition de QUEINNEC, la liste des défauts éliminatoires des standards français comprend : « Tare invalidante repérable », « Malformation anatomique ».

 

COMMENTAIRES DU STANDARD

A côté du standard officiel, il peut être intéressant ou nécessaire de publier un commentaire soit, dans le cas d'un standard à l'italienne, pour expliquer les termes employés et rendre accessible ce qui peut paraître abstrus, soit, dans le cas du standard vague et confus, pour le préciser et donner une vue plus scientifique de la race décrite. Le commentaire a aussi un aspect didactique que le standard n'a pas. Le type du commentaire scientifique est celui sur le Pointer par MARTINEAU.

Le danger des commentaires est la création d'un standard bis pour initiés, différent de l'original (d'autant plus facile à faire que celui-ci est vague) et qui conduit à la création d'un chien bis, par exemple une variété française d'un chien étranger ou l'inverse. Et cela conduit à des jugements différents sur le même chien dans le pays d'origine et dans le pays d'adoption. Le standard dit « de travail » de certains clubs (chasse) n'est pas du ressort de la PCI.

ILLUSTRATION DES STANDARDS

Doit-on joindre une photographie au standard officiel ? Certains le veulent à la FCI. La Commission des Standards de la FCI est contre :

parce que la photo représente un chien particulier à un moment donné. Ce chien, fût-il champion, n'est pas parfait. Il n'est pas la race incarnée. C'est un individu spécifique alors que l'archétype décrit par le standard est une représentation abstraite, une vue générique.

Le spécimen de la photo est statique et ne peut représenter la vision dynamique du chien que nous devons avoir.

Une race doit pouvoir évoluer. La photographie représente un chien figé, un parmi d'autres qui deviendrait le modèle à suivre, une fois pour toutes.

Les standards anglo-saxons n'offrent ni photographie ni dessin. Nous préconisons un ou des dessins qui ne soient pas la représentation d'un chien donné mais celle du modèle idéal (un artiste peut très bien représenter un chien proche de la perfection en s'inspirant de plusieurs modèles dont il retient les qualités).

LES ETAPES DE L'ETABLISSEMENT ET DE LA RECONNAISSANCE DES STANDARDS

Nous l'avons vu : c'est le standard du pays d'origine qui fait foi. Mais on ne dit pas quel organisme dans le pays d'origine est responsable. Si le pays d'origine n'a pas de structure cynophile, la F.C.I. désigne un pays protecteur (« patronage »). En France, le standard est rédigé par le club de race avec l'aide de la sous-commission des standards. En cas de changement important (taille, etc.), le standard peut être soumis à la Commission Zootechnique. Il est ensuite examiné par le comité de la Société Centrale Canine puis envoyé à la Fédération Cynophile Internationale (F.C.I.). D est alors étudié par la commission des standards qui, en cas de nécessité, demande l'avis de la Commission Scientifique de la FCI. H est enfin examiné par le Comité Général de la F.C.I. qui décide de l'accepter ou non. Les standards des races nouvelles sont soumis aux mêmes contrôles mais c'est l'Assemblée Générale de la F.C.I. qui décide de leur acceptation. A partir du 1er janvier 2000, on ne pourra plus modifier un standard sur le fond avant une période de cinq ans.

LE STANDARD TYPE DE JERUSALEM

II est ainsi nommé parce qu'il a été adopté à l'unanimité par l'Assemblée Générale de la F.C.I. réunie à Jérusalem le 23 juin 1987 (le jour même où l'A.G. adopta la nouvelle nomenclature des races). Ma première intervention à la FCI pour dénoncer l'indigence des standards s'était faite à Budapest le 17 janvier 1981.

 

Le standard de Jérusalem est inspiré par le modèle de Monaco qui avait été peu appliqué. C'est le standard du Dogue de Bordeaux de 1971 qui, distribué par PASCHOUD, Président de la Commission des standards, avait servi de base de travail. Le « Bref Aperçu Historique », qui ne fait pas partie du standard mais peut être vu comme son introduction a été ajouté par la volonté de PASCHOUD. On le voudrait dénué de littérature et de pseudo-histoire.

Le standard lui-même a parfois subi le reproche de n'être qu'une succession de régions étudiées à part comme si le tout n'existait pas. Le « tout » est cependant décrit au moins dans l'aspect général, les allures et, si l'on veut bien accepter que le chien ne soit pas fait que d'os et de muscles, dans le paragraphe concernant le caractère et le comportement. D'ailleurs SOLARO, à cette occasion, n'avait rien inventé. La suite des régions décrites dans le standard du chien est exactement celle adoptée par les hippologues et en particulier LESBRE en 1920. Le moyen de faire autrement ?

Nous avons insisté, à Jérusalem, sur le fait que ce modèle n'était qu'une trame faite pour guider les experts chargés de la formulation des standards et non pour imposer la description méticuleuse de toutes les régions. On suggère sans imposer. Le seul élément obligatoire est la succession des paragraphes dans le même ordre.

Les couleurs de robes sont, en général, impressionnistes, avec une terminologie pléthorique, la nomenclature des couleurs de robes de DENIS et COSTIOU restant pour l'instant, purement française.

J'ai personnellement insisté pour que le standard de Jérusalem ne décrive pas seulement le caractère mais le comportement. Cela devrait permettre de noter les seuils de réaction, de parler du comportement social du chien et de ses réactions en relation avec l'utilisation. C'est aussi en pensant à l'utilisation et au chien dans la vie (et pas seulement au chien dans le ring d'honneur) que nous, avons demandé de décrire, dans les allures, le pas, le trot, et aussi le galop. Il existe chez les chiens des ambleurs, des trotteurs et des galopeurs et le galop du Braque n'est pas celui du Setter. Un exemple de ce qu'il ne faut pas faire : « au pas, l'allure de type félin à pas de lion, est lente et semblable à celle d'un ours. » (Mâtin Napolitain, 1991).

La Commission des Standards de la FCI, sous la longue présidence de J.M. PASCHOUD a cessé d'être un simple bureau d'enregistrement. Elle a prouvé son utilité en exigeant par exemple la suppression de ce passage du standard du Fila Brasileiro n° 225 du 9 mai 1960 republié en 1983 : « il arrive souvent que le Fila attaque le juge (...). Cette attitude (sic) (...) ne doit jamais être considérée comme un défaut. ».

CONCLUSION

Le standard est un instrument de travail pour les éleveurs et les juges. Ce n'est pas un outil pédagogique (la morphologie et l'extérieur s'apprennent ailleurs). C'est une vue idéale de la race à laquelle on compare le chien spécifique que Ton possède ou que l'on juge. Cela s'appelle juger selon le standard et non selon un type que l'on aime. Il n'y a pas non plus de fixation à faire sur un point précis du standard, sur une région ; on risque de ne sélectionner que les médiocres.

Entre le standard si vague qu'il est comme un manteau trop large où presque tout chien peut se glisser et le standard contraignant comme un gabarit figeant le chien définitivement alors que la race doit pouvoir évoluer, il faut choisir le juste milieu et penser que le standard n'est pas fait seulement en vue de l'utilisation mais pas non plus pour faire du chien une statue.

Enfin, ne croyons pas qu'un terme technique soit plus difficile à appréhender qu'un mot ambigu du jargon cynophile. Ce n'est pas dans le ring que le juge lira le standard mais à tête reposée, en appréciant la clarté de la description et la précision des termes.

 

TYPE

Le mot « type » vient du latin typus qui signifiait « modèle, symbole ». Il a plusieurs sens selon le domaine dans lequel il est employé.

Dans le cadre de la cynophilie, on peut considérer le «type», ensemble de caractères distinctifs communs à un groupe de races (type spitz, type de chien de montagnes). Ce type peut correspondre à des aptitudes conduisant à une utilisation (type cursorial - de course - type pastoral, etc.). Pierre MEGNIN a distingué le type morphologique lupoïde (qui présente les apparences du loup), braccoïde (qui présente les apparences du braque), molossoïde (qui présente les apparences du molosse - de Molossie), graioïde (qui présente les apparences du chien grec - tel que le voyait MEGNIN, c'est-à-dire du lévrier).

Le « type » est aussi l'ensemble des caractères distinctifs communs à tous les individus composant une race. Pour DECHAMBRE, « il convient de considérer le type comme la forme schématique autour de laquelle se groupent les individus qui composent la race (Traité de zootechnie) ». Pour THERET (« la Race en cynotechnie »), le type héréditaire que possède en commun l'ensemble des individus formant une race «englobe les caractères anatomiques, physiologiques et psychiques ». C'est ainsi qu'il faut comprendre le « type général » des critères de non confirmation. Dire d'un chien qu'il est «bien dans le type» signifie qu'il est représentatif de la race dont il possède les caractères distinctifs. On dit aussi qu'il est « typé » ou « bien typé ».

Si une race est incluse dans un ensemble plus grand (type lupoïde, par exemple, ou type longiligne - BARON), elle possède tous les caractères de cet ensemble plus le ou les caractères pertinents qui la distinguent des autres races.

Quand on dit qu'un chien «manque de type », cela signifie qu'il n'a pas (absence) ou pas suffisamment (insuffisance) les caractères distinctifs de la race. La S.C.C. a décidé (R.O.C.F. n°78, 2e trimestre 1992) de définir ainsi le «manque de type» : insuffisance de caractères ethniques qui fait que l'animal, dans son ensemble, ne ressemble plus suffisamment à ses congénères de la même race.

Notons que « type » a aussi été utilisé en cynophilie dans le sens de modèle, mot du zootechnicien qui ne s'emploie guère chez les amateurs de chiens de race (on dit plus fréquemment un «type lévrier» qu'un «modèle lévrier»). Dans certaines races, il existe un « type » d'exposition et un « type » de travail (modèle)

Enfin, «type» est parfois utilisé dans le sens de variété et même de division de toute typologie : le Braque Français comprend deux « types » : le « type » Gascogne (grande taille) et le «type» Pyrénées (petite taille), le «type» toulousain chez le Dogue de Bordeaux, les « types » de robes, etc.

On peut proposer deux antonymes à l'expression « Manquer de type ». Le premier est « être typé » ou « bien typé » (voir plus haut). L'autre serait « être hypertypé » : se dit d'un chien dont les caractères raciaux sont développés à l'excès. L'hypertype est une dérive par l'exagération de certains traits vers des canons de beauté qui doivent beaucoup à la mode, sans rapport avec la nature profonde, l'utilisation et même le bien-être du chien (ex. nez raccourci au point de ne plus pouvoir respirer, etc.). On rend les concavilignes plus concaves, les convexilignes plus convexes et les brévilignes plus courts et plus épais.

On peut se demander si 1’« hypertypé » ne rejoint pas le « manque de type », même si le chien hypertypé pèche par excès plutôt que par insuffisance.

Le 12 novembre 1999

 

BIBLIOGRAPHIE

ARKWRIGHT (William),

The Pointer and his Predecessors, London, Humphreys, 1902.

AYMARD (Jacques),

les Chasses romaines, Paris, de Boccard, 1951.

BLAINE (Delabere),

Encydopaedia of Rural Sports, London, Longman, 1840.

BOMMIER (René),

Pour le bon et beau chien, chez l'auteur, 1923.

BYLANDT (Henri, de),

Les Races de chiens, Bruxelles, Vanbuggenhoudt, 1897.

CLAMORGAN (Jean de),

La Chasse du Loup, Paris, J. Du Pays, 1566.

COSTIOU (Patrick),

« le Prognathisme chez le chien », R.O.C.F. n° 73,1er trimestre 1991. Voir DENIS.

CUVIER (Georges),

Leçon d'anatomie comparée, Paris, Bauduin, 1805.

Le Règne, animal, Paris, Deterville, 1829 (1816-1817).

DAUBENTON (Louis, Jean, Marie D'AUBENTON dit),

« Description du chien », in BUFFON, Histoire naturelle, Paris, Sanson, 1786.

DECHAMBRE (Paul),

Races canines, Paris, 1894.

Traité de zootechnie, tome premier, Paris, Amat, 1914 (1900)

DENIS (Bernard), COSTIOU (Patrick),

les Couleurs de robe chez le chien, Paris, S.C.C., 1985, 2e édition 1989.

DENIS (Bernard), THERET (Marcel),

« Evolution de la sélection chez le chien », in Le chien, Ethnozootechnie n° 25, Paris, Société

d'Ethnozootechnie, 1980.

DEQUIN (Henri),

le Laverack Setter, Vincennes, l'Eleveur, 1887.

ESTIENNE (Charles),

l'Agriculture et maison rustique, Paris, J. du Puis, 1564.

FAJA (Enrico),

« Giuseppe Solaro », in INostri Cani, n° 1, Milano, E.N.C.I., 1996.

FERRIERES (Henri de),

le Livre du Roy Modus et de la Royne Ratio, Paris, Gallimard, la Pléiade, 1951.

FOUILLOUX (Jacques du),

la Vénerie, 1573, fac similé par les éditions Roger Dacosta, 1979.

GAYOT (Eugène),

le Chien, histoire naturelle, Paris, Firmin Didot, 1867.

GEOFFROY SAINT HILAIRE (Etienne, Louis),

L'Histoire naturelle des mammifères, 1824.

HEROUT (Eugène),

De l'accroissement pondéral et statural du chien, thèse, E.N.V. de Lyon n° 226, Rouen, 1930.

Extérieur du chien, Rouen édité par l'auteur, 1955.

IDSTONE (Rev. PEARCE),

The Dog, London, Cassel, 1872.

Kennel Gazette, London, published by thé Kennel Club.

KUNSTLER (J. J-),

Etude critique sur le Dogue de Bordeaux, Bordeaux, Muséum d'histoire naturelle, 1910.

LATINI (Brunetto),

le Uvre du trésor, entre 1260 et 1266, in Jeux et sapience du Moyen-Age, Paris, Gallimard, la

Pléiade, 1951.

LAVERACK (Edward),

The Setter, London, Longmans, 1872.

LE VERRIER DE LA CONTERIE,

l'Ecole de la chasse aux chiens courons, Rouen, N. et R. Lallemant, 1763, réédition Paris,

Emile Nourry, 1932.

LEE (Rawdon B.),

Modem Dogs, London, Horace Cox, 1894-1897.

LESBRE (F.-X.),

Précis d'extérieur du cheval, Paris, Asselin et Houzeau, 1920 (1908).

LUQUET (Maurice),

les Chiens de berger français, Paris, Crépin-Leblond, 1970.

le Chien, morphologie, extérieur, esthétique, Paris, Maloine, 1971,1981.

le Chien de berger de Beauce, Paris, Crépin-Leblond, 1980.

MARTINEAU (Robert),

« Commentaire du standard du Pointer », Pointer Club Français, 1973 et 1   semestre 1985.

MEGNIN ([Jean] Pierre),

les Races de chiens, Vincennes, l'Eleveur, 1889-1891, 2e édition, titre modifié, le Chien et ses

races, 1897.

Le Dogue de Bordeaux, Vincennes, l'Eleveur, 1896.

MEGNIN (Paul),

Nos chiens, Paris, Baillière, 1914,1952 (1904).

MILLER (John).

«Naissance de la Société Centrale Canine», S.C.C., s.d. (vers 1985), et in LEBLANC et

MILLER, Les Bassets courants, Paris, Gerfaut club, 1989.

QUEINNEC (Bernadette),

« Pelage et standards », in Apparence et architecture. Voir QUEINNEC (Guy).

QUEINNEC (Guy),

«le Problème des importations canines notamment de Grande-Bretagne», R.O.C.F. n   24,

Paris S C.C., 4e trimestre 1978 et n° 25,1 * trimestre 1979.

QUEINNEC    (Guy),    QUEINNEC    (Bernadette),    LIGNEREUX    (Yves),    TRIQUET

(Raymond), CARLOTT1 (Didier), LOGffiR (Jacques),

Apparence et architecture, St Amour, Editions du Suran, 1991.

REICHENBACH (Ludwig),

DerHund, Leipzig, Verlag der Wagner'schen Buchhandlung, 1836.

REUL(Ad-),

les Races de chien, Bruxelles, Van De Weghe, 1891-1894.

Revue Officielle de la CynopMie Française (R.O.C.F.), Paris, Société Centrale Canine.

SHAW (Véro),

The Illustrated Book ofthe Dog, London, Cassel, 1881.

SMITH (Charles, Hamilton),

The National History ofDogs, Edinburgh, W. H. Lizars, 1839-1840.

STONEHENGE (John, Henry, WALSH),

The Dog in Health and Disease, London, Longmans, 1879 (1859).

STREBEL (Richard),

Die DeutschenHunde, 1904-1905, fac similé, Kynps Verlag, 1986.

THERET (Marcel),

« Rapport sur les anomalies dentaires chez le chien », R.O.C.F. n°23, Paris, S.C.C., 3e trimestre 1978.

« la Race en cynotechnie », R. 0. CF. n° 35,3e trimestre 1981.

« Morphologie et cynotechnie », R.O.C.F. n° 56,4e trimestre 1986.

TRIQUET (Raymond),

« Réflexions sur un standard », la Vie canine n" 205, janvier 1970.

« Qu'en est-il des standards des races canines après cent ans de cynophilie », S.F.C., R.O.C.F.,

n° 35, 3e trimestre 1981.

« Standard et pedigree, deux mots bien de chez nous », Revue Chiens 2000, n° 82, octobre 1983.

« Problèmes de traduction spécialisée », R.O.C.F., n° 47,3e trimestre 1984.

«Formulation et réglementation des standards», S.F.C., Séminaire de morphologie, 15 mars 1985.

« Rapport sur les standards nouveaux du Kennel Club », R.O.C.F., n° 63, 3e trimestre 1988.

«Proposition de définition du « manque de type », R.O.C.F. n° 72,2e trimestre 1992.

« Evolution de la description du chien, de la littérature aux standards », in Histoire et évolution du chien, S.F.C. 1994.

La Saga du Dogue de Bordeaux, l'Isle en Dodon, Maradi, 1997.

Dictionnaire encyclopédique des termes canins, f édition, L'Isle en Dodon, Maradi, 1999 (lrc édition, Thenlot, 1990).

STANDARD TYPE DE JERUSALEM

Ce standard modèle est proposé comme trame de tout standard nouveau ou modifié dans le cadre de la FCI. Les experts choisiront les rubriques qui leur conviennent dans l'ordre du modèle.

Standard FCI N°. (numéro selon la nomenclature des chiens de race de la FCI)

NOM DE LA RACE

En cas de traduction, toujours indiquer le nom de la race dans la langue originale, le nom du ou des traducteurs et la date de la publication de la traduction.

Dessins de l'ensemble et des régions

Origine :       ev. pays de patronage

Date de publication du standard d'origine en vigueur

Utilisation :

Classification FCI :     indiquer groupe et section avec ou sans épreuve de travail

Bref aperçu historique :

Aspect général :

Proportions importantes : p. ex        
longueur du corps/hauteur au garrot
hauteur de la poitrine/hauteur au garrot
longueur du chanfrein/longueur de la tête.

Comportement - caractère :

Tête:

Répion crânienne :

Forme du crâne, direction des axes du crâne et du chanfrein, profil supérieur, largeur du crâne, développement des arcades sourcilières, sillon frontal, crête et protubérance occipitale.

Stop : (Dépression fronto-nasale). Degré d'accentuation

Région faciale :

Truffe (nez) : forme, grandeur, couleur.

Museau : longueur, hauteur, largeur, profil du chanfrein, forme et profil de la mâchoire inférieure.

Lèvres : forme, épaisseur, qualité(flasques ou tendues), pigmentation.

Mâchoires / dents : forme de la mâchoire, nombre et qualité des dents, position des incisives (articulé en ciseaux ou en pince), prognathisme supérieur ou inférieur.

Joues : forme et aspect.

Yeux : grandeur, forme, couleur, position, expression, direction d'ouverture des paupières, pigmentation du bord des paupières

Oreilles : attache, port, forme, dimensions (longueur, largeur), ev. description de l'oreille amputée et non amputée.

Cou : profil supérieur, longueur, forme, musculature, peau (tendue, lâche, fanon). Corps (tronc) :

Ligne du dessus : vue d'ensemble;

Garrot : qualité, attache de l'encolure.

Dos : profil supérieur, musculature, rapport de longueur entre le dos et le rein.

Rein : (région lombaire), profil, longueur, largeur, musculature.

Croupe : profil, obliquité (direction), longueur, largeur, musculature.

Poitrine : longueur, largeur, hauteur, arrondissement des côtes, développement du poitrail.

Ligne du dessous et ventre : profil inférieur, développement du ventre et des flancs.

Queue (fouet) : attache, forme, longueur, épaisseur, poil, port au repos et en action, description de la queue écourtée et non écourtée.

Membres :

Membres antérieurs (avant-main) :

Vue d'ensemble : membres vus de profil et de face, proportions par rapport au corps et des diverses parties entre elles. Ossature.

Epaules : longueur, obliquité, mobilité, musculature, angle de l'articulation scapulo-humérale.

Bras : longueur, direction, musculature.

Coude : position, angle de l'articulation du coude.

Avant-bras : longueur, musculature, ossature (qualité, forme).

Carpe : largeur, épaisseur.

Métacarpe : longueur, largeur, position, (direction).

Pieds : (de devant) forme, courbure des doigts, fermeté (doigts plus ou moins serrés), ongles et coussinets (qualité et pigmentation).

 

Membres postérieurs (arrière-main):

Vue d'ensemble : membres vus de profil et de derrière, proportions par rapport au corps et des diverses parties entre elles. Ossature.

Cuisse : longueur, largeur, musculature, position, angle de l'articulation coxo-fémorale.

Genou (grasset) : position, angle de l'articulation fémoro-tibiale.

Jambe : longueur, direction, musculature, ossature (qualité et forme)

Jarret : largeur, hauteur, épaisseur, angle de l'articulation tibio-tarsienne.

Métatarse : longueur, largeur, position.

Pieds : (de derrière) forme, courbure des doigts, fermeté (doigts plus ou moins serrés), ongles et coussinets (qualité et pigmentation).

Allures : Description, allure préférée.

Peau : Epaisseur, laxité, plis caractéristiques, pigmentation.

Robe:

Qualité du poil : Longueur, texture, répartition (barbe, jabot, etc.), épaisseur, sous-poil, ev description du chien non toiletté et toiletté.

Couleur du poil : teinte de fond, marques, couleurs admises ou non admises.

Taille et poids :

Hauteur au garrot :  
mâles :
Femelles :

Poids:
mâles :
Femelles :

Défauts :

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité, (ce texte doit figurer dans tout standard) Enumérer par région les défauts spécifiques à la race.

Défauts éliminatoires : ajouter pour tous les standards : « Tare invalidante repérable ; malformation anatomique ». et N.B. Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

[Accueil][Club][Membres][Standards][Historique][Expositions][Epreuves][Elevage][Chiens][Formulaires][Actualité][Photos][Forum][Revues][Boutique][Partenaires][Liens][Contact]

Copyright(c) 2010 Club du Bleu de Gascogne Gascon Saintongeois Ariégeois. Tous droits réservés.